Palestine

«L’arrêt de l'aide américaine aux Palestiniens met fin à son plan de paix»

Par: 

La décision de l'administration Trump de supprimer toute aide à l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens va compromettre davantage les chances d'aboutissement d'un plan de paix américain, ont affirmé plusieurs observateurs n'excluant pas de vives tensions au Proche-Orient suite à cette décision.

L'administration américaine avait annoncé vendredi qu'elle ne financerait plus l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), une semaine après avoir déjà supprimé plus de 200 millions de dollars (170 millions d'euros) d'aide aux Palestiniens.

Cette décision est la dernière d'une série de mesures illégales prise par l'administration Trump, qui avaient provoqué la consternation au sein de la communauté internationale et parmi les Palestiniens qui voient plus que jamais un soutien direct apporté à l'occupation israélienne.

Ces coupes interviennent alors que, depuis des semaines, l'Egypte et les Nations unies négocient un cessez-le-feu durable entre la résistance palestinienne et l'entité sioniste, notamment à Ghaza où plus de 80% des habitants sont dépendants d'une aide pour survivre.Les Etats-Unis ont longtemps été parmi le plus important donateur de l'Unrwa, avec plus de 350 millions de dollars par an.

L'agence fournit de l'aide aux Palestiniens qui ont été spoliés de leurs terres et biens lors de la création de l'entité sioniste en 1948 ainsi qu'à leurs descendants.Un diplomate européen, cité par l'AFP, a estimé qu'en supprimant ces aides, les Etats-Unis mettent en péril leur ambition de négocier un accord de paix au Proche-Orient et risque d'attiser des tensions dans la région.

«Sans moyens financiers, les négociateurs américains perdent leur capacité d'influencer les Palestiniens», a estimé également ce diplomate qui s'est exprimé sous couvert de l'anonymat.Ces coupes budgétaires «ne vont pas nuire également au budget de l'Autorité palestinienne, mais aux Palestiniens», a expliqué de son côté l'économiste palestinien, Nasser Abdel Kareem.A Ghaza, l’arrêt des aides américaines à l’Unrwa va compliquer la vie de la majorité des deux millions d’habitants qui ont le statut de réfugiés, a-t-il soutenu, tout en ajoutant que quelques centaines d’employés de l’agence vont perdre aussi leur emploi, ce qui va provoquer des mouvements de contestation.

Lu 70 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances