Les cours du pétrole ont chuté 

La crainte d’un ralentissement de la croissance

Par:  Slimane Naila / Agences

Les mauvais indicateurs de la croissance enregistrés en Europe ont ravivé les craintes d’un marché faisant craindre un ralentissement de la croissance mondiale et se répercutant automatiquement sur les cours du pétrole.

En effet, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a clôturé vendredi à moins de 94 cents soit 59, 04 dollars alors que le prix du WTI à New York a enregistré une baisse de 83 cents et s’est vendu au prix de 59,04 dollars. Ces reculs boursiers, qui ont été observés principalement en Europe et aux Etats-Unis, sont intervenus après la publication des statistiques économiques allemandes qui ont été sévèrement jugées pour l’activité économique mondiale. Pour les acteurs du marché pétrolier, un ralentissement marqué de la croissance européenne ajouté à un essoufflement de la croissance économique chinoise pourrait se répercuter négativement sur les cours du pétrole et ce, en abaissement de manière drastique la demande mondiale. Une crainte que redoutent les analystes du marché qui pensent qu’ne croissance ralentie affecterait également la consommation du carburant. Ce

n’est pas tout, car à cela est venu se greffer le bond du dollar américain après les statistiques européennes. Pour les analystes de Saxo Bank, un dollar fort pèse sur le pouvoir d’achat des investisseurs qui vont être réduits à utiliser d’autres devises pour acheter des barils de pétrole dont le prix est fixé en monnaie américaine . Les prix du baril de pétrole ont été soutenus par la promesse de l’Opep et de ses partenaires dont la Russie, qui ont décidé de respecter leurs engagements de réduire la production jusqu’au mois de juin prochain, ces baisses de production viennent s’ajouter aux perturbations que connaît actuellement le marche pétrolier en raison des sanctions américaines qui touchent simultanément les marches iraniens et vénézuélien. Ce marché est actuellement en attente de voir si le régime des sanctions américaines envers l’Iran va changer en mai, estime Ahmad Jameel analyste chez FXTM. En attendant, les investisseurs vont observer une pause afin d’observer l’évolution des statistiques de la croissance particulièrement en Europe où les indicateurs ont indiqué une contraction plus marquée que prévue du secteur manufacturier allemand en mars dernier. 

Lu 95 fois