Nouveau projet de loi sur la santé

22 amendements retenus sur les 73 proposés

Par: 

Le nouveau projet de loi sur la santé controversé par les députés de l’opposition sera soumis aujourd’hui lundi à l’adoption par le Parlement. Selon le président de la commission sanitaire, des affaires sociales, du travail et de la formation professionnelle, Mohamed Bouabdallah, seuls 22 amendements sur les 73 proposés par les députés ont été retenus.

Contrairement à ce que des députés tentent de véhiculer à l’opinion publique en indiquant que «la gratuité des soins est menacée», M. Bouabdallah, qui s’exprimait hier sur les ondes de la Radio nationale «Chaîne III», a précisé que ledit projet de loi permettra de solutionner «beaucoup de problèmes».Il a, en effet, dans ce cadre, démenti l’idée selon laquelle la contractualisation menacerait le principe de gratuité des soins.

Pour illustrer ses propos, M. Bouabdallah a mis en avant l’article 12 de la loi qui garantit le principe de gratuité des soins pour tous, à travers l’ensemble du pays.A propos de l’article 343 de cette loi, limitant le financement de cette gratuité par l’Etat, en excluant environ 8 millions de non-assurés, M. Bouabdallah a démenti, également cette idée, en rappelant que la Caisse de sécurité sociale gère 40 millions d’adhérents et que le reste est constitué d’une frange de la société «en difficulté», laquelle, selon lui, sera prise en charge par le «système de solidarité».Il a averti, par ailleurs, ne pas croire que le caractère social de l’Algérie soit remis en cause.

«Je suis confiant pour cela», a-t-il déclaré.A propos du temps complémentaire, supprimé auparavant, que les praticiens auraient réussi à faire réintroduire dans l’article 176, l’intervenant signale que les membres de la commission,qui ont travaillé autour de cette loi, ont adopté une solution intermédiaire consistant à ne pas interdire celui-ci, ni à l'autorise ».D'après lui, c'est au ministre de la Santé qu’appartiendraient «le courage et la capacité» de réglementer cette pratique par le contrôle «et les inspections».

L’intervenant a tenu, par ailleurs, à souligner que tous les articles contenus dans la loi sur la santé vont dans le sens de la protection du malade à travers des soins de qualité.

Lu 79 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances