Greffe rénale

Appel au prélèvement d’organes sur des personnes décédées

Par: 

Le prélèvement d’organes sur des personnes décédées «est une solution idoine» pour la prise en charge des greffes rénales, a affirmé, jeudi, le professeur Mustapha Benmansour, chef de service de néphrologie au CHU Dr Tidjani- Damerdji» de Tlemcen.

Intervenant à l’occasion d’une cérémonie préparatoire de la centième greffe rénale au niveau de cet établissement, ce spécialiste a mis l’accent, devant les autorités locales, à leur tête le wali, Ali Benyaiche, sur la nécessité de ces prélèvements eu égard aux besoins sans cesse pressants au niveau du CHU,

soulignant que «cela ne s’arrête pas au stade de l’acte opératoire ou de la sélection des futurs greffés, mais demande un suivi permanent des malades».

«La greffe n’est pas aussi simple que l’on le pense. Elle nécessite la réunion de plusieurs facteurs pour l’effectuer», a-t-il expliqué.

Ce programme, en cours de développement pour la transplantation rénale, permettra au CHU de Tlemcen de s’ériger en pôle régional pour la greffe rénale pour espérer atteindre la transplantation entre 50 et 60 malades/an, a-t-il ajouté, proposant l’édification d’un pôle à Oran pour la greffe rénale pour enfants.

Lu 88 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances