Robert Fry. Engle

L’économiste qui a percé le secret des marchés financiers

Par: 

Robert F. Engle (né le 10 novembre 1942 à Syracuse, État de New York), a reçu le Prix Nobel d'économie en 2003 avec Clive Granger, «pour des méthodes d'analyse économique des séries temporelles économiques avec volatilité saisonnière (méthodes Arch)».Après avoir passé son BS en physique au Williams College, Robert Engel est diplômé d'un Ph.

D à l'université Cornell en 1969. Il enseigne actuellement à la New York University, et à la Stern School of Business où il occupe le poste de «Michael Armellino Professor» en management des services financiers.

Robert Engle avait auparavant travaillé à l'université de Californie à San Diego (USCD), en 1975, qu'il quitta en 2003.Une des contributions les plus importantes de Robert Engle a été la découverte de méthodes pour analyser les mouvements imprévisibles des prix des marchés financiers et les niveaux des taux d'intérêts.

Une caractérisation précise et une bonne prédiction de ces mouvements volatiles sont essentielles pour quantifier efficacement les risques de management. Par exemple, la mesure des risques joue un rôle clé dans la recherche du prix des options et des produits financiers dérivés.

Mais alors que les précédentes recherches supposaient une volatilité constante et utilisaient des formules très simples d'approximation, Engle développa de nouveaux modèles statistiques de volatilité analysant la tendance des prix des stocks et d'autres variables financières, à bouger entre des périodes de haute volatilité et de faible volatilité (Autorégressive Conditional Heterskedasticity: Arch). Ces modèles statistiques sont devenus des outils modernes essentiels aussi bien dans la pratique que dans la théorie économique.

Lu 207 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances