Ahmed Benbitour

Par: 

Un docteur en économie «mordu» de politique Ahmed Benbitour est un homme d'État algérien, sénateur et ancien chef du gouvernement (du 23 décembre 1999 au 26 août 2000), plusieurs fois ministre de 1992 à 1996. Né le 20 juin 1946 dans la wilaya de Ghardaïa, Ahmed Benbitour passe son baccalauréat mathématique – algérien et français – en 1966 au lycée Emir Abdelkader à Alger.

Ses études dans la capitale se poursuivent jusqu’en 1976, date à laquelle il décroche son DEA en probabilités et statistiques.

Un précieux atout pour se lancer plus tard en politique.Avant d’épouser la chose publique, Ahmed Benbitour se perfectionne, encore et encore : il s’envole pour Montréal. Un Ph.D en poche – l’équivalent d’un doctorat d’Etat -, le voilà de retour en Algérie en 1984 comme expert en stratégies financières du développement économique.Son parcours académique lui permet alors de prétendre aux plus hauts postes. Dès 1985, il est propulsé à la tête de l’Entreprise nationale des jus et conserves alimentaires. Directeur général, il est en charge de 15 usines et 2 400 employés.De direction générale en direction générale, Ahmed Benbitour fait un break en 1989 pour se mettre à son compte en tant que consultant.

L’administration le rappelle vite à elle : il intègre la Présidence de la République en 1991 en tant que chargé de mission.

Un an plus tard, il entre dans le cercle fermé des ministres en tant que chargé du Trésor. Puis le voilà muté au ministère de l’Energie en 1993, au ministère des Finances en 1994.

Evincé du gouvernement en 1996, il retrouve d’anciens amours et exerce un an comme consultant pour le FMI et la Banque mondiale. En 1998, sonne l’heure de sa première élection : Ahmed Benbitour entre au Sénat et décroche la très prestigieuse présidence de la commission économique et financière.

C’est véritablement un tremplin, puisque l’année suivante, à l’élection de Abdelaziz Bouteflika, Ahmed Benbitour revient au gouvernement en tant quePremier ministre ! Il remplace Smaïl Hamdani, mais l’expérience tournera court, huit mois seulement avant d’être remplacé par Ali Benflis.

Lu 186 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances