Mauritanie

Le FMI prévoit une croissance de plus de 6% en 2019

Le Fonds monétaire international a annoncé dans un communiqué le 13 mars 2019, que la croissance économique de la Mauritanie s’est accélérée en 2018 pour s’établir à environ 3,6%, et qu’elle passera à plus de 6% cette année.

Selon l’institution, la croissance a été engendrée «grâce à la forte performance des secteurs non extractifs, qui ont progressé de plus de 6%, reflétant la diversification progressive de l’économie mauritanienne et la hausse du crédit bancaire», indique-t-elle dans un communiqué.

Elle table sur une croissance économique qui pourrait dépasser 6% en 2019, en raison notamment de «la reprise attendue des secteurs extractifs et de la poursuite des performances solides des secteurs non extractifs, malgré les risques exogènes liés à la volatilité des prix des produits de base et aux incertitudes pesant sur la croissance mondiale».

Et d’annoncer, par ailleurs, un quatrième décaissement d’environ 23 millions de dollars à la suite de l’examen du Conseil d’administration prévu en mai 2019, dans le cadre du troisième examen du programme de réforme économique du pays soutenu par la FEC.

Le FMI n’a pas manqué de faire des commentaires sur les finances publiques du pays. La Banque centrale disposerait des réserves internationales qui ont atteint 919 millions de dollars à la fin de 2018, informe le communiqué qui précise que le secteur bancaire s’est également renforcé.

Le budget de l’année passée a dégagé un excédent considérable en raison des recettes fiscales élevées, des revenus de licences d’exploration et des dépenses en capital financées sur ressources extérieures plus lentes que prévu.

Le Fonds estime de même que l’accumulation de la dette a fortement ralenti, et que la dette publique extérieure est tombée à 69% du PIB à la fin de 2018. Néanmoins, une activité économique plus forte a entraîné une hausse des importations traduisant une hausse du déficit du compte courant externe à environ 11% du PIB.

Lu 65 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances