Appel à une réunion des ministres des AE de l'UMA

L'Algérie convaincue de l'importance de l'intégration maghrébine

L'Algérie a appelé à organiser, dans les meilleurs délais, une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union du Maghreb Arabe (UMA), un appel qui dénote son attachement à cet édifice maghrébin et sa conviction de l'importance de l'intégration maghrébine dans toutes ses dimensions.

L'Algérie a toujours été confiante quant à la capacité de l'UMA de peser de tout son poids sur les rapports de force, tant au niveau régional qu'international, en témoigne son adoption de 29 conventions sectorielles sur un total de 36 conclues depuis la création de cette Union en 1989, aux côtés du Maroc (8 conventions), de la Tunisie et de la Mauritanie (28) et de la Libye (35), a-t-on appris d'une source proche du dossier.

Mue d'une conviction exprimée à maintes reprises et dans plusieurs occasions quant à l'impératif de relancer cette organisation maghrébine et de réactiver ses instances tout en donnant une impulsion à l'action commune entre ces cinq pôles, l'Algérie a adressé une correspondance au secrétaire général de l'UMA pour l'organisation d'une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union dans les meilleurs délais.

Cette initiative intervient «dans le prolongement des conclusions du dernier sommet extraordinaire de l'Union africaine, tenu les 17 et 18 novembre 2018, sur les réformes institutionnelles de l'organisation continentale, lequel a accordé un intérêt particulier au rôle des ensembles économiques régionaux dans les processus d'intégration des pays africains, comme l'avait indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

L'approche algérienne portant relance de l'UMA a toujours empreint plusieurs mégaprojets réalisés par l'Algérie ou ceux en cours de concrétisation dont les grands ouvrages portant une dimension maghrébine qui s'étend souvent au continent africain.

Partant de sa conviction en la capacité de ces projets à concourir à la consécration de la complémentarité et de l'intégration entre pays de la région, notamment au volet économique, l'Algérie a inclus la dimension maghrébine dans ses projets de développement, en tête desquels l'autoroute Est-Ouest qui constitue un trait d'union avec les deux voisins à savoir, la Tunisie et le Maroc, en sus de la route transsaharienne, et le réseau de raccordement à la fibre optique.

Au vu des enjeux communs, notamment sur le plan sécuritaire, l'Algérie a abrité en 2012 une session extraordinaire du Conseil des ministres des Affaires étrangères des pays de l'UMA, consacrée à l'examen de la problématique sécuritaire dans la région maghrébine et la mise en place d'une politique sécuritaire commune.

L'Algérie dispose d'une forte volonté politique au plus haut niveau pour la relance de l'action maghrébine commune, conformément aux orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Le Président Bouteflika avait affirmé, à l'occasion du 29e anniversaire de la création de l'UMA, dans des messages adressés au roi du Maroc, Mohammed VI, au président tunisien, Béji Caïd Essesbi, au président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz et au président du Conseil présidentiel du gouvernement d'Union nationale de Libye, M. Faïz Mustapha al-Serradj, «l'attachement indéfectible de l'Algérie à l'Union du Maghreb arabe (UMA), choix stratégique et revendication populaire».

Le Président avait fait part, à cette occasion, de la volonté de l'Algérie de redynamiser les institutions et structures de l'UMA «pour défendre les intérêts communs, relever les défis croissants et répondre aux attentes et aspirations des peuples maghrébins à davantage d'unité, de complémentarité et d'intégrité». A rappeler que le dernier sommet de l'UMA avait eu lieu en 1994 à Tunis.

Lu 93 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances