Premières élections municipales, après la «Révolution du Jasmin»

Un rendez-vous historique pour la Tunisie

Par:  Hakim Outoudert

Les Tunisiens se rendaient aux urnes, hier, pour des élections historiques dans la mesure où ce sont les premières municipales post-révolution «du Jasmin» de mars 2011.

A rappeler que le vote d’hier vient couronner un enracinement de la jeune démocratie tunisienne, après la désignation de l’Assemblée constituante en 2011, suivie des législatives et de la présidentielle en 2014. Ce n’est donc que quatre années après que les municipales se tiennent enfin, ayant été repoussées quatre fois de suite en raison de blocages logistiques, administratifs et politiques.

«Ce dimanche ne sera pas comme les autres jours. Pour la première fois depuis la révolution, le peuple tunisien est appelé à participer à des élections municipales, un événement qui paraît ordinaire alors qu'il est très important», a déclaré, vendredi, le président Béji Caïd Essebsi, appelant à une participation massive.Le chef du gouvernement Youssef Chahed, a, quant à lui, dans une déclaration aux médias, appelé à voter massivement en masse, ayant exhorté les électeurs à pas «laisser les autres décider à leur place.

«Votez pour ceux qui vous représentent dans vos communes pour les cinq prochaines années», a-t-il insisté, affirmant que ces élections sont une étape importante dans le processus démocratique.Les observateurs s'attendent à une forte abstention. En effet, sept ans après la révolution qui avait suscité de nombreux espoirs, beaucoup de Tunisiens se disent démobilisés face à l'inflation qui frôle les 8%, un chômage persistant au-dessus des 15%, et des arrangements entre partis.

A cet important rendez-vous politico-électoral, notons que 1 055 listes partisanes, 860 indépendantes et 159 listes de coalition tenteront d’arracher les voix de plus de 5 millions d’électeurs.Les bureaux de vote étaient ouverts à 8h00 jusqu’à 18h00 à l’exception de 172 bureaux qui sont situés au niveau des régions frontalières et qui, de ce fait, ont dû fermer à 16h00.Autre donnée intéressante caractérisant ces élections la candidature féminine appréciable, notamment du fait que sur les 2 074 listes candidates, 30,33% sont présidées par des femmes et 69,67% par des hommes. Le principe de parité a été respecté (50,5% d’hommes et 49,9% femmes).

Selon l’Isie, 53 668 candidats sont inscrits sur les listes dont 50,7% d’hommes et 49,3% de femmes.Au plan de la surveillance électorale et de la transparence du vote, il à noter que 1 700 observateurs «ont été déployés sur l’ensemble des circonscriptions électorales pour contrôler le déroulement de la campagne électorale des municipales qui a eu lieu du 14 avril au 4 mai.

Un silence électoral a été observé samedi 5 mai. Les observateurs ont été supervisés par 350 coordinateurs locaux», selon des comptes rendus de presse.

Lu 117 fois