Prix du baril du pétrole

En ordre dispersés

Par:  SLIMANE NAILA /AGENCES

Dans son rapport menstruel publie ce jeudi a Londres, l’OPEP, estime que la demande de ses bruts est estimée à 30,46 millions de barils par jour en moyenne 130 000 barils de moins que sa projection de février et moins que sa production actuelle.

L’OPEP, regroupe les pays exportateurs de pétrole ainsi que son alliée la Russie s’emploie à réduire sa production qui est déjà en baisse de 1, 2 millions de barils par jour et ce depuis le début de cette année.

Ce qui souligne la responsabilité partagée par les membres du cartel qui ont participé à l’accord de réduction de la production et ce dans le but d’éviter une rechute du déséquilibre et de continuer à préserver la stabilité du marche écrit la cartel dans son rapport la demande constate le rapport de l’OPEP reste bien en deçà de la forte croissance attendue dans le cadre de la prévision de l’offre hors OPEP de cette année alors que les prévisions, devaient augmenter mais, à un rythme modéré .

D e ce fait, la prolongation du pacte de l’OPEP est l’option que va choisir certainement le cartel. La question sera certainement abordée en avril prochain mais, l’Arabie Saoudite affirme qu’aucune décision définitive ne sera prise avant la prochaine réunion de l’OPEP du juin prochain.

Compte tenu de la demande annuelle, le rapport mensuel de l’OPEP, estime dans ses prévisions que le marché pétrolier se retrouvera avec un léger excédent de l’offre cette année si le cartel continue ses extractions au rythme du mois de février et surtout face à une concurrence en particulier américaine qui elle est en constance évolution.

Le rapport de l’OPEP prévoit que les producteurs non OPEP augmenteront leur production de 2,24 millions de barils par jour cette année soit plus 60 000 barils de plus avait anticipé précédemment.

Il faut savoir que la production de l’OPEP a baissé de 221 000 barils par jour en février par rapport au mois de janvier dont la production était à 30, 55 barils jour c’est la conséquence de la chute de la production du Venezuela , objet de sanctions américaines et d’une réduction volontaire de la part de l’Arabie Saoudite, souligne le rapport de l’OPEP.

Il faut savoir que les cours du pétrole ont termine en ordre dispersés jeudi ils étaient tiraillés entre les inquiétudes liés à l’économie chinoises et un rapport américain sur les stocks favorables la veille.

Le prix du baril de la mer du nord pour livraison en mai à terminé à 67,23 dollars a Londres en baisse de 32 cents par rapport à la clôture de mercredi dernier.

A New York, le prix du baril WTI pour le contrat du mois d’avril à gagner 35 cents à 58, 61 dollars.

Pour les analystes de la question les cours du Brent sont plus réactifs à l’actualités alors que le WTI réagit lui aux données économiques des USA.

Pour John Kilduf d’Again Capital, «nous observons le retour des inquiétudes économiques de la Chine et de la situation actuelle sur le Brexit comme motif d’inquiétude qui se répercutent inévitablement sur les cours des prix du pétrole.

Lu 105 fois