Imprimer cette page
Sonelgaz plaide pour l’augmentation des tarifs
12 Déc 2018
Partager

Electricité et gaz

Sonelgaz plaide pour l’augmentation des tarifs

Par: 

Le président-directeur général de la Sonelgaz, Mohamed Arkab, a estimé, hier à Alger, que la tarification actuelle de l’électricité et du gaz ne permet pas à la société de dégager des revenus nécessaires pour assurer son autofinancement.

  1. Arkab a expliqué sur les ondes de la Radio nationale « Chaîne III» que les tarifs appliqués ne couvrent même pas le coût de revient. Jugeant qu’il est indispensable de revoir la question de la tarification, «en tenant compte d’une catégorie qu’il faut toujours préserver» et en appliquant le principe consistant à appliquer le principe que celui qui consomme plus «doit payer le prix réel de l’électricité».

Il estime finalement que «tôt ou tard», il sera impératif de revoir la question de la tarification, «en tenant compte d’une classe qu’il faut toujours préserver» et en appliquant le principe consistant à appliquer le principe que celui qui consomme plus «doit payer le prix réel de l’électricité». Le même responsable a indiqué que pour assurer les investissements de la société, «nous sommes en train de puiser des crédits bancaires de la BNA qui sont de l’ordre de 380 milliards de DA pour achever les programmes d’investissements de 2020 et le financement des mêmes programmes jusqu’à l’horizon 2030».

Il a rappelé en outre que depuis la promulgation, en 2002, de la loi sur l’électricité, son entreprise s’est engagée dans cette vision stratégique consistant à diversifier ses ressources énergétiques. A propos de la consommation nationale d’électricité, il signale qu’à juillet 2018, celle-ci a atteint une pointe de 13.676 mégawatts, nécessitant, dit-il, des volumes d’investissement en équipements de quelque 2 500 milliards de dinars, à raison de 300 à 400 milliards/an.

Concernant la production actuelle de la Sonelgaz, le PDG de la compagnie a révélé que la production actuelle de la compagnie est de l’ordre actuellement de 19 000 mégawatts, et elle compte réaliser d’ici 2014 une production globale de 27 000 mégawatts, et ce, grâce un programme du développement qui est en cours d’études.

Selon les explications de l’invité de la radio, l’Algérie a dépassé la problématique de l’énergie électrique grâce aux efforts déployés par l’Etat en matière d’investissement et d’accompagnement, puisque, «on est passé en 2000 d’une production avoisinant les 6 000 mégawatts à 19 000 mégawatts en 2018».

Cette avancée en termes de production est justifiée, précise-t-il, aux efforts importants réalisés en termes de production et d’accompagnement, et cet effort doit être soutenu et accompagné pour réaliser le transport de l’électricité, ajoute le même intervenant.

Abordant les perspectives tracées par la Sonelgaz d’ici l’horion 2024, Mohamed Arkab a souligné que nous visons d’atteindre une production de 25 00 mégawatts qui seront produits par des réseaux de haute tension.

Questionné, par ailleurs, sur la stratégie engagée par la Sonelgaz jusqu'à 2030 , visant à répondre à la forte demande du consommateur algérien en énergie, M. Arkab a détaillé cette vision stratégique en soulignant que la stratégie en question repose sur plusieurs axes importants notamment l’optimisation des revenus de la compagnie, la révision du système de

la compagnie selon des réflexions purement stratégiques et la diversification de la production en garantissant l’efficacité énergétique.

Chahinez Djahnine

Lu 193 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances