Réforme de l'UA

L’Algérie pour une organisation continentale «pensée et promue par les Africains et pour les Africains»

Par: 

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, en qualité de représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a souligné, samedi à Addis-Abeba, que «l’Algérie sera aujourd’hui et demain un défenseur et un acteur convaincu d’une organisation continentale pensée et promue par les Africains et pour les Africains».

  1. Ouyahia a souligné à l'ouverture des travaux du 11e sommet extraordinaire de l'UA, que «l’Algérie sera aujourd’hui et demain un défenseur et un acteur convaincu d’une organisation continentale pensée et promue par les Africains et pour les Africains», ajoutant que c'est «une organisation où se retrouvent et où fusionnent souverainement nos volontés nationales au profit de notre unité et de notre solidarité».

Il a également mis en exergue l’importance qu’accorde l’Algérie à l’Afrique en déclarant qu’elle «considère son appartenance africaine comme un élément central de son identité et demeure fidèle aux solidarités qu’elle a partagées avec les autres peuples et pays du continent pour les causes de la liberté et du développement».

Ce sommet étant axé sur la question de la réforme institutionnelle de l’UA, M. Ouyahia a, tout en soulignant l’adhésion de l’Algérie à ce processus et en faisant part de sa satisfaction des nombreux consensus dégagés autour de certaines questions, appelé à poursuivre la finalisation des aspects toujours en discussions.

A ce titre, M. Ouyahia a réaffirmé un certain nombre de principes que l’Algérie considère comme «essentiels» pour le succès de la réforme de l’organisation continentale.

Il s’agit en premier lieu, a indiqué M. Ouyahia, des «principes et valeurs contenus» dans l’acte constitutif de l’UA et qui continuent d’unir ses Etats. Il a, dans ce cadre, ajouté que «l’Union africaine doit, naturellement, demeurer sous le contrôle souverain des Etats membres et ses mécanismes ont la charge de mettre en œuvre les décisions et les politiques arrêtées par les instances délibérantes».

Le Premier ministre a également insisté sur la nécessité de maintenir la procédure d’élection des membres de la Commission de l’Union africaine, selon les critères de parité et de représentation équitable.

S’agissant des questions d’intégration régionale, M. Ouyahia a appelé à la préservation de la place des sous-régions et des communautés économiques régionales, en relevant que la création de la zone de libre-échange continentale et le renforcement du rôle de la Commission de l’Union ne doivent pas remettre en cause ces réalités.

Dans le même sillage, M. Ouyahia a abordé la question liée à la future agence de développement de l’UA en relevant que celle-ci «devra préserver et mettre en œuvre les décisions déjà adoptées par l’Union en matière de développement, qu’il s’agisse de programmes prioritaires ou qu’il s’agisse de l’Agenda 2063, tout en préservant les acquis légués par le Nepad et en consolidant ses projections de développement»

 

Lu 85 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances