Lutte contre la corruption, protection de l’économie nationale…

Un nouveau système de gestion des Douanes en 2019

Par:  Zahir R

Un nouveau système d’information des services de Douanes sera mis en service dès l’année 2019. L’annonce a été faite hier à Alger par le directeur général de ce département, en l’occurrence Farouk Bahamid.

Il a révélé que ses services ont entamé depuis 6 mois l’élaboration de ce nouveau système qui sera finalisé dans les 30 mois prochains. S’exprimant en marge d’un exposé présenté aux membres de la commission des finances et de l’économie du Sénat, M. Bahamid a fait savoir que les travaux du programme, visant à la modernisation et la numérisation des différentes étapes de dédouanement avancent bien. Ils ont atteint les 50% et que la mise en œuvre d’une partie de ces réformes, ajoute-t-il, sur le terrain est prévue dès le premier trimestre de l’année prochaine.

Pour lui, la réforme du système actuel (en vigueur depuis 1993) est une nécessité, notamment pour répondre aux mutations économiques et s’adapter aux standards internationaux.

A titre d’exemple, le DG des Douanes a souligné l’existence de 6 étapes à effectuer pour le dédouanement de la marchandise au niveau du port, mais, regrette-t-il, sur le terrain, l’opérateur doit effectuer plus de 70 opérations ! Une chose qui est «intolérable».

Selon lui, l’actuel système favorise l’émergence de mauvais comportements tels que la corruption, la lenteur dans le traitement de marchandises, etc.

C’est pour cette raison, que «nous avons opté au modèle de gestion. On va toucher le cœur du système afin de régler et d’éradiquer ces phénomènes étrangers à notre société».

«On ne pourra pas changer les mentalités et comportements des douaniers sans le changement et la modernisation du système de fonctionnement des Douanes. Parmi les leviers pour une lutte efficace contre la corruption, c’est la modernisation et l’atomisation. Les expériences vécues par d’autres pays à travers le monde ont prouvé leur efficacité dans la lutte contre ce phénomène», a-t-il souligné.

Prônant un langage franc et direct, M. Bahamid s’est montré optimiste pour les résultats attendus de ce nouveau système, en déclarant à l’adresse des sénateurs : «Croyez-moi, il y aura des résultats». Il a, en outre, affirmé que les Douanes algériennes vont tirer profit des expériences de pays étrangers pour la réussite du nouveau système.

Par ailleurs, le même responsable a annoncé la mise en service à l’occasion de la Journée mondiale des Douanes, coïncidant le 26 janvier de chaque année, d’un nouveau site internet dédié en premier aux opérateurs économiques et au grand public.

Il est à noter que le nouveau mode de gestion contient 7 axes principaux, à savoir, la numérisation de l’administration douanière et la généralisation du système d’information, la promotion d’une plateforme pour la gestion de danger, la gouvernance des ressources humaines qui est un élément essentiel pour la réussite d’un système, le renforcement des mécanismes pour la lutte contre la contrebande et enfin la participation à la promotion des exportations.

En outre, les membres de la commission du Sénat ont effectué deux visites d’inspection des structures de Douanes à Alger. Ils ont, ainsi, inspecté le Centre des statistiques (Cnis) sis à la Place des Martyrs et une autre visite au Port d’Alger.

Des explications ont été fournies par les responsables de Douanes aux membres de la commission sur les différentes étapes et opérations de dédouanement de marchandises.

Dans leurs interventions, les sénateurs ont mis l’accent sur la nécessité de faciliter la tâche aux opérateurs tout en protégeant l’économie nationale.

Lu 186 fois