Aide à l’exportation

Pour Algex, il faut d’abord définir une stratégie

Par:  Réda Hadi

Pour les cadres de cette Agence, l’exportation hors hydrocarbures n’est pas une option, mais bien une nécessité essentielle pour nous sortir de la crise et de ne plus dépendre des cours du pétrole. Ceux-ci affirment aussi, que les efforts de leur Agence sont dilués dans le peu de connaissances des exportateurs, du climat des affaires qui n’est pas encore assez clair.

En effet, ces cadres se disent préoccupés par le peu d’expériences en matière des exportations de nos compatriotes. Pour eux, le problème majeur réside dans le fait que nos exportateurs, dans leur ensemble, appréhendent cet acte comme une action bureaucratique. Et l’observation des règles d’un cahier de charges rebute plus d’un pour essayer d’exporter.

Par ailleurs, ils estiment que l’Algérie a un état des lieux, une visibilité mais pas encore de stratégie d’exportation claire et sans ambigüité. Ce constat est aussi valable pour l’administration économique, et les efforts consentis sont toujours en-deçà de ce qui se fait dans le monde en matière d’appui, d’assistance et de soutien à l’exportation.

D’un autre côte, les exportatuers se plaignent eux-aussi du manque de visibilité dans les textes et des lourdeurs administratives.

Pour eux, la vague actuelle de mondialisation se caractérise par une forte réduction des entraves aux échanges et une diminution des coûts de transport, de communication, d’information et d’immenses opportunités. Cependant, pour de nombreuses entreprises notamment les petites et moyennes entreprises (PME), les frontières nationales constituent toujours un important obstacle à l’expansion de leur activité, et elles restent donc largement, voire exclusivement tributaires de leur marché domestique. Plus préoccupant encore, les entreprises nationales n’envisagent toujours pas de s’internationaliser alors qu’elles sont déjà exposées à une forte concurrence internationale, y compris au sein de leur propre marché intérieur. Mais pour remédier à cette situation, le gouvernement a instauré une panoplie de dispositifs visant à soutenir les entreprises dans leur démarche d’exportation.

Des patrons de PME avouent que l’acte d’exporter n’est pas toujours aussi rentable, de par la quantité à exporter et les coûts de transport trop onéreux. A ce sujet, ces cadres affirment avoir proposé la création de coopératives pour des produits non périssables afin de mieux gérer les envois et diminuer les coûts d’exportation.

Lu 107 fois