Industrie de la céramique

5% seulement d’intrants sont importés

Par: 

Des suites du blocage d’importation des intrants utilisés dans l’industrie de la céramique, trente entreprises spécialisées dans la fabrication de carreaux de faïence avaient, à un moment, risqué de voir ses activités totalement bloquées.

S’exprimant hier sur les ondes de la Radio nationale «chaîne III», le président de l’Association des céramistes algériens a rappelé que cette décision arrêtée en janvier 2018, avait, de plus, menacé de voir jeter quelque 27 000 salariés à la rue.

Moncef Bouderba a signalé qu’après des discussions «très difficiles» des entreprises avec le ministère du Commerce, le climat avait fini par s’apaiser, permettant non seulement de relancer cette activité, mais en même temps, d’augmenter à près de cinquante le nombre d’unités la pratiquant, avec d'importantes incidences en matière d'emploi.

Il a indiqué, en outre, qu’en plus d’une augmentation substantielle de production annuelle, parvenue aujourd'hui à quelque 150 millions de mètres carrés, le secteur de la céramique en Algérie est désormais parvenu à un niveau d’intégration de 95%, précisant que 5% seulement des produits qu’il utilise sont importés pour un montant global de 35 millions d’euros.

Il a observé que cette activité a été plongée de nouveau dans un «climat d’inquiétude», en raison, explique-t-il, de l’arrivée à terme des licences d’importation de ces produits, dont 80% des unités de production ont déjà consommé la presque totalité et que les pouvoirs publics laissent entendre qu'elles risquent de ne pas être reconduites.

L’intervenant tient à rappeler qu’avant la limitation drastique de leur importation, les céramiques étrangères nécessitaient une enveloppe de 70 millions d’euros/an.

«Nous ne comprenons pas que face à une telle somme, le ministère de Commerce en arrive encore à considérer que les 35 millions d’euros libérés pour les importations d’intrants représentent une «grosse facture», a-t-il souligné. «Là encore, déclare-t-il, il y a à nouveau un problème».

En ce qui concerne les investissements, le président de l’association des céramistes algériens énonce : « Plus nous aurons des investissements, plus on aura des produits suffisants sur le marché. L’Algérie a beaucoup avancé, nous sommes passés de deux à cinquante usines en vingt ans». Et d’ajouter : «La céramique algérienne est un produit qui pourrait rivaliser avec la céramique italienne sans honte».

Lu 90 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances