Nouvelle stratégie nationale pour la protection des villes contre les inondations

Hocine Necib : «Elle sera présentée incessamment»

Par:  Zahir R

La nouvelle stratégie nationale pour la protection des villes contre les inondations sera présentée le 25 octobre prochain à Alger, a annoncé,hier, le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib.

Cette stratégie élaborée en collaboration avec les différents ministères et avec le concours d’experts de l’Union européenne, ajoute-t-il, est une action multisectorielle qui vise en premier à la prise en urgence de quelque 689 sites déjà identifiés.

  1. Necib, qui s’exprimait hier sur les ondes de la Radio nationale « Chaîne III», a souligné que parmi les recommandations de cette stratégie, c’est la protection des villes contre les risques d’inondations, la réduction des dégâts matériels et le retour le plus rapide à la normale, ainsi que la mise en place d’un système d’alerte.

En attendant la mise en œuvre de cette stratégie, les autorités comptent poursuivre son programme engagé depuis les années 2000 et le lancement en urgence avec le ministère de l’Intérieur d’un vaste programme pour le curage et l’aménagement des oueds. «Nous nous sommes entendus avec

le ministère de l’Intérieur et des collectivités locales pour libérer les oueds, dont le risque de débordement des eaux est réel et éradiquer les constructions illicites adjacentes. On doit rendre à la nature ce que lui appartient», a-t-il affirmé.

Selon M. Necib, plus de 50% des inondations observées dans les villes sont la conséquence de débordements d’oueds obstrués, parce que n’ayant plus la capacité d’assurer l’écoulement normal des eaux générées par les intempéries.

Dans ce cadre, il a fait savoir que dans la wilaya d’Alger, plus de 8 000 constructions illicites ont été éradiquées pour l’aménagement de l’oued El Harrach. «Malgré ce que les Algérois ont vécu durant ce début de septembre, je les tranquillise encore une fois, que la capitale est bien sécurisée», a-t-il assuré.

Questionné par ailleurs sur les dernières inondations enregistrées dans plusieurs wilayas, le ministre Hocine Necib a imputé la situation au nouveau contexte ayant provoqué UN autre contexte météorologique créé par le «réchauffement climatique».

Il a rappelé que depuis le début des années 2000, plus de 200 milliards de dinars ont été investis pour la réalisation de plus de 600 infrastructures, entrant dans le cadre du programme présidentiel. «C'est par suite à des inondations observées, tour à tour, à Bab El Oued, Ghardaïa, Al Bayadh, Sidi Bel-Abbés et M’Sila, qu'un vaste programme de réalisation de plus de 600 infrastructures avait été activé aux fins d'assurer la protection des villes, « jusqu’à une certaine proportion ».

Il observe, cependant, que ces infrastructures, « dans ce nouveau contexte de dérèglement climatique » caractérisé par des orages violents, doivent être accompagnées par une série de mesures impliquant d’autres secteurs.

Il tient à noter que le pays s’est « heureusement » engagé, dans la construction de grands barrages et de retenues collinaires, une chaine d’ouvrages dont il explique quelle contribue à fortement diminuer l'impact des crues.

Lu 69 fois