Réunion Opep-non Opep demain à Alger

Les conclusions de la réunion seront déterminantes

Par: 

C’est demain que se tiendra à Alger la réunion des pays membres de l’Opep et non Opep. Cette réunion a pour but de connaître la situation du marché pétrolier international et d'œuvrer au maintien de son équilibre.

Les marchés sont dans l’expectative après des déclarations contradictoires sur la baisse de la production russe : le cours du baril de Brent est tombé hier après-midi à 52,32 dollars après avoir grimpé à 53,73 dollars lundi, suite à la déclaration du président russe Vlamidir Poutine, lors du sommet mondial sur l’énergie tenu à Istanbul, selon laquelle la Russie allait limiter sa production de brut, s’alignant ainsi sur l’accord d’Alger.

Une baisse confirmée en Asie, où les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, affectés entre autres par les critiques du président américain Donald Trump à l'encontre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et du niveau élevé des prix de l'or noir.

Par Réda HadiAprès deux séances de nette hausse qui ont à nouveau porté le Brent au seuil des 80 dollars le baril, le marché a reculé face aux menaces du président américain. «Nous protégeons les pays du Moyen-Orient, ils ne seraient pas en sécurité pour très longtemps sans nous, et pourtant ils continuent à pousser pour des prix du pétrole toujours plus haut ! On s'en souviendra», a lancé sur Twitter le locataire de la Maison Blanche.Les marchés pétroliers ont donc les yeux rivés sur les résultats de la réunion des pays Opep et non Opep, particulièrement après les déclarations antagonistes des présidents russe et américain.

La rencontre s’annonce donc décisive pour aborder l’évolution du marché pétrolier et permettre aux acteurs du marché pétrolier de s’entendre sur un mécanisme rénové, à mettre en place avant la fin de l’année en cours, de surveiller leur production de brut dès 2019, conformément aux engagements consignés dans la «Déclaration de coopération» adoptée le 30 décembre 2016, liant les parties de l’accord. C'est dans un contexte marqué par la nécessité de maintenir la hausse des prix, d'assurer la continuité des investissements dans le domaine pétrolier et de garantir l'offre face à une demande qui augure d'augmenter que se tiendra la réunion du JMMC à Alger.Les résultats de cette réunion sont cruciaux particulièrement après que le président Trump a exigé de l’Opep une réduction immédiate des prix du pétrole, et que Vladimir Poutine, le président russe, a annoncé son intention de se conformer encore une fois à la déclaration d’Alger, sur la réduction de la production de pétrole.

Par ailleurs, les conséquences que pourrait avoir l'embargo pétrolier des Etats-Unis contre l'Iran, devant entrer en vigueur le 5 novembre prochain, accaparent l'attention.Pour certains pays membres de l’Opep, les prix ne devraient pas dépasser les 70 dollars pour maintenir un équilibre entre la demande et l’offre.Cependant, nous assistons à une conjoncture particulière. En plus du déclin des exportations du Venezuela, de la Libye et des sanctions américaines contre l’Iran, le pétrole américain, (les États-Unis ayant exporté des quantités record de pétrole vers la Chine au cours des six derniers mois 2018, 363 000 barils par jour) est visé par les surtaxes chinoises. Or, la fermeture des frontières chinoises au pétrole américain et un éventuel ralentissement de l’économie mondiale de cette guerre commerciale incessante pourraient avoir un impact négatif sur le prix du pétrole.

Pour des observateurs, plusieurs facteurs exogènes influent sur le cours du pétrole, entre autre, les tensions géostratégiques au Moyen-Orient, la position des Etats-Unis vis-à-vis de l'accord avec l'Iran, qui bouleverse toute la stratégie de l’Opep, et les rivalités à la fois américano-européennes et américano-chinoises sur les mesures protectionnistes américaines ayant un impact négatif sur le commerce international.L'incertitude sur l'issue de cette réunion avec l'opposition entre les grands producteurs a entraîné beaucoup d'indécision sur le marché pétrolier qui bouge au rythme des déclarations et même fortement sur certaines places pétrolières.

Lu 91 fois
LCA

Le Quotidien Algérien de l’économie et des Finances