Algérie-Russie

Pourquoi l’Algérie n’achète que des armes russes…

Par:  Réda Hadi

La situation au Proche-Orient et les conflits armés dans les pays voisins sont parmi les raisons qui font que l’Algérie achète beaucoup d’armes russes depuis des années. L’ambassadeur russe à Alger, Igor Beliaïev, a indiqué à Spoutnik pourquoi ce pays préfère resserrer les liens avec la Russie. L’ambassadeur a indiqué que «L’Algérie achète la moitié des armes russes exportées vers l’Afrique.

Choix stratégiques ou affinités historiques, l’ambassadeur russe explique que cette situation est due aux liens historiques qui unissent les deux pays, ainsi les troubles qui agitent nos frontières.Les liens militaires entre la Russie est l’Algérie ne sont pas récents et se situent à un niveau très élevé. «La coopération militaire et technique est un domaine clé de nos relations. Cette situation s’est créée à l’époque de la lutte du peuple algérien pour l’indépendance […] où la Russie a joué un très grand rôle.

Ces derniers temps, cette coopération ne cesse de se développer à l’initiative des autorités algériennes, en raison probablement de la situation actuelle au Proche-Orient et en Afrique du Nord», a indiqué le diplomate.

Au total, le marché algérien représente 13% des ventes d’armes russes, ajoute la même source.La prédominance russe date déjà d’avant la libération de l’économie pour des raisons essentiellement politiques et stratégiques.

De plus, il faut dire que dans le contexte du duel Algérie-Maroc, Alger évite de s’approvisionner auprès de la France et des États-Unis, fournisseurs du voisin marocain.

  1. Igor Beliaïev a encore expliqué qu’il y avait beaucoup de conflits armés à proximité des frontières algériennes, notamment la crise en Libye, avec laquelle l’Algérie a une assez longue frontière commune, ou la crise au Mali.

Certaines sources avancent aussi que les contrats militaires sont plutôt avantageux pour l’Algérie (particulièrement sur le plan de la maintenance).

Par ailleurs, l’ambassadeur n’a nullement exclu la possibilité de faire participer l’Algérie au perfectionnement des armes fournies.Il faut préciser aussi que lors de sa visite en Algérie en 2006, le Président Vladimir Poutine a insufflé une forte dynamique au partenariat stratégique signé entre l'Algérie et la Russie en 2001 à Moscou, en effaçant la dette militaire algérienne de 4,7 milliards de dollars.

Profitant de l'embellie financière des années 2000, résultante des prix élevés des hydrocarbures,l'Algérie a mené un vaste programme de rééquipement de son armée, par l'acquisition de nouveaux matériels sophistiqués et la modernisation des plus anciens.

La Russie a été le principal partenaire de l'Algérie dans l'effort de remise à niveau de son armée.Dans sa dernière édition de 2018, le site américain spécialisé dans les questions de défense Global Fire Power (GFP) a classé l'armée algérienne à la 23e place mondiale et en deuxième position en Afrique derrière l'armée égyptienne qui occupe, quant à elle, le 12e rang mondial.Une précision de taille quand on sait que l’arsenal algérien n’est composé que d’armes russes, pour le moment. Selon des sources concordantes, par rapport à son voisin marocain, l’Algérie se fournit trois plus en armes russes.

La Russie et l’Algérie collaborent également dans la lutte contre le terrorisme, d’après l’ambassadeur russe Beliaïev.Mais même si l’Algérie veut conserver la prédominance russe, cela ne l’empêche pas de diversifier son arsenal pour des missions précises. Sur ce chapitre, ce sont les Allemands qui sont plus performants, puisque l’Algérie est le premier client de ce pays.

Selon le site de la radio allemande Deutsche Welle (DW), l’Algérie arrive en tête des importateurs d’armes allemandes en 2017.Le marché militaire algérien est très convoité, et beaucoup de pays se disputent le leadership en matière d’approvisionnement militaire.

Lu 230 fois